La Chine berceau du thé

Historiquement le thé est originaire d’une zone qui s’étend d’Assam, en Inde, jusqu’aux montagnes du sud de la Chine. Les premières traces écrites apparaissent dans un traité de plante médicinale chinoise datant de 200 ans avant J.C.

C’est sous la dynastie Tang (628-907) qu’apparait l’art de produire et de déguster le thé. Les moines bouddhistes contribuèrent à son développement en plantant des théiers autour des monastères. Les tribus voisines (Turcs, Tibétains, Mongols, Tartares) l’intégrèrent progressivement dans leur consommation troquant le thé contre des chevaux, denrée rare de l’époque. On ira même jusqu’à créer un Bureau du Thé et du Cheval qui fonctionnera jusqu’à la chute de l’empire (1911) pour gérer ce troc important

Sous les Song (960-1279) le thé fait son apparition à la cour, elle devient la boisson centrale de l’empire. Toute une gestuelle autour de la préparation et de la dégustation de thé se développe.

Sous la dynastie Ming (1368-1644) le thé s’exporte et sa consommation se démocratise au sein de l’empire. Dès le XVI il séduit les Occidentaux. Suite à cette demande croissante les producteurs diversifient leurs productions (thé vert, thé Wu long), les premières maisons de thé s’ouvrent, des ustensiles sont créés (théière). Le thé n’est plus mangé mais infusé.

Sous les Ming le thé attend sa forme actuelle de consommation.La Chine berceau du thé